A propos de nous

L'association "La Mondiale générale" est créée le 12 novembre 2012, à Arles, sous l'impulsion de Pernette Bénard, Alexandre Denis et Timothé Van Der Steen.

 

Ça fait quand même bien plus longtemps qu'on se connait... Et on n'est pas que trois...

Mais il faut donner des chiffres et des noms, c'est fait!

 

Pour parler d'un regroupement de personnes, on peut commencer par la genèse de cette rencontre et dérouler l'historique comme il vient.

Alex et Tim se rencontre en 2001 au Théâtre Acrobatique (dirigé par Jonathan SUTTON), Alex est apprenti, Tim régisseur du site.

Pas très loin, au même moment, Pernette travaille successivement pour plusieurs structures: le Conseil général 13, Karwan et la compagnie Thierry Thieu Niang.

Alex rencontre dans sa formation trois autres garçons avec qui il fonde Chérid'Amour en 2005 à Marseille. Leur travail est basé sur le théâtre, le vélo acrobatique, les portés et les articulations qui existent entre ces disciplines. L’histoire est totale, ils font tout ensemble. C’est à cette occasion qu’une première collaboration démarre avec Pernette. Alex participe, avec ce quatuor, au spectacle Fournaise de la cie Attention Fragile. L’été 2009, le groupe cesse ses activités. Alex enchaîne tout de suite après avec Cahin Caha (Marseille) sur la création de REV.

Entre temps, Pernette est devenue administratrice de production chez CahinCaha.

Tim, de son côté, a accompagné les projets d'autres compagnies. Il devient régisseur plateau et général, constructeur, monteur de chapiteau (HMMH). Les rencontres l'amènent à travailler avec différentes compagnies (Les Colporteurs, AOC, Cahin Caha, Ivan Mosjoukine, etc). Après avoir repris la régie de Grimm de Cahin Caha, il participe à la création de REV, où il retrouve Alexandre et Pernette.

 

C'est le début d'un travail sur la nouvelle spécialité d'Alex: les bastaings (poutres de bois). Il travaille sur les différents rapports physiques et émotionnels liés à l’équilibre, Tim explore un objet usuel comme possibilité de devenir un agrès de cirque.

Depuis la fin de Chérid'Amour, Alex passe 3 ans à travailler sur les spectacles des autres. Renaîssent le besoin et l'envie de développer son propre projet. Tim travaille plus de 10 ans "au service des autres" (comme il dit). A présent, il veut défendre un projet depuis sa naissance, participer aux premières réflexions, aux premiers balbutiements. Il veut y construire sa place et ouvrir les possibles qu'offrent la création. Et Pernette n'imagine pas ne pas en être !

 

Il y a 1 an et demi, après plusieurs discussions, ils décident tous les trois de créer leur propre outil de travail. Ils créent La Mondiale générale, l’association qui portera leurs créations et les autres projets.

Leur locomotive sera le projet Braquemard qui se compose de 3 formes : L’Escalier, un numéro de 17 min, créé en juillet 2012. Braquemard #1, forme de 31 min, créée en février 2013. Le braquemard du pendu, forme d’une heure créée en janvier 2014.

 

C'est grâce à ce projet de création que l'équipe s'élargie.

D'abord (et surtout, car elle fait partie du noyau le plus dur de la compagnie), Mélanie VADET nous rejoint pour prendre en charge la production et la diffusion des trois formes artistiques. La rencontre ne date pas d'hier non plus, elle s'est faite en 2006 à l'Hostellerie de Pontempeyrat et depuis on ne s'est jamais quitté...

 

Entrent ensuite dans la course par ordre chronologique:

Léa LAMER qui se chargera de la conception/réalisation des premiers costumes

Manuel MAZAUDIER qui viendra nous enquiquiner sur les motivations et les détails de chacun de nos choix artistiques 

Antoine RAIMONDI qui nous assistera dans la création et nous interrogera sur l'impact écologique de notre métier et notre mode de vie

Julien VADET un autre pinailleur, sonore cette fois, qui structurera nos bruits, nos sons et nos silences

Samuel BONY sauveteur de l'extrème qui réalisera les derniers costumes dans un temps et avec un budget records

 

Impossible de citer toutes les personnes et les structures qui permettent à notre association d’être ce qu'elle est. Nous savons qu'elles se reconnaîtront et qu'elles ne nous en voudront pas de ne pas raconter toutes les histoires qui nous lient.

 

La Mondiale générale, c'est aussi une porte ouverte sur d'autres espaces de travail. Elle nous sert aussi de support pour accueillir nos autres projets (et même ceux de nos amis).